la position des responsables du tourisme de Val’Eyrieux – 2

N’ayant pas reçu de réactions de la part des responsables du tourisme de la communauté de commune Val’Eyrieux, nous avions décidé le 5 décembre 2016 d’interpeller Mme Faure vice-présidente chargée du tourisme ainsi que Mr Badet et Mr Boisson les deux co-présidents de l’office de tourisme par lettre recommandée.

Mme Faure nous a répondu le 10 décembre 2016,

voir la réponse : https://noscheminsnesontpasavendre.deploiement.ovh/2016/12/13/reactions-des-responsables-du-tourisme-de-valeyrieux/

À ce jour, le 13 janvier,  les responsables de l’office de tourisme n’ont toujours pas réagi !

rapport du commissaire enquêteur

Enfin le rapport du commissaire enquêteur M. RUSSIER est arrivé en Mairie.

Reçu et enregistré le 20 décembre 2016,  la mairie du Cheylard ne l’a mis à la disposition du public que ce lundi 9 janvier !

Ce rapport nous conforte dans la légitimité de notre action de défense pour nos chemins ruraux

Il répond favorablement à notre incompréhension sur l’aliénation de ces chemins remarquables

Soyons très vigilants en attendant le prochain conseil municipal

Télécharger le rapport : Rapport enquêteur

le topoguide Le Cheylard-Riotord

Chers amis,

Pour bien démarrer l’année, le collectif Nos chemins ne sont pas à vendre a le plaisir de vous envoyer, en pièce jointe, la fiche randonnée Le Cheylard-Riotord qui emprunte les chemins menacés de privatisation par la mairie du Cheylard.

Cette randonnée est également à suivre sur le site collaboratif national de randonnées : visorando.com.

Très belle année à tous, et sur tous les chemins.

télécharger : temporairement indisponible pour cause de modification de tracé

Fiche rando Le Cheylard-Riotord-fiche

Fiche rando Le Cheylard-Riotord-carte topo

 

définition de la démocratie par Jean Jaurès

La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans.

La démocratie n’est efficace que si elle existe partout, en tout temps.

Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort COMMUN.

Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens agissant constamment en tant que tels.

L’aliénation de nos chemins ruraux est une parfaite injustice pour tous.

La forte mobilisation contre l’aliénation est une preuve irréfutable  du désaccord de la population sans compter toutes les personnes qui (sous pression) ne peuvent pas s’exprimer.

les Chemins Ruraux : un patrimoine à surveiller et à protéger

Entre 1945 et 2000, c’est approximativement 200 000 km de « chemins  ruraux » qui ont disparu, soit 20% du total existant à la fin de la guerre. Même embroussaillé, un chemin rural joue un rôle important pour la faune et la flore. Qui peut dire que ce chemin ne sera pas utile pour l’activité humaine ou les loisirs dans les années à venir? Tel un vieux réseau qui se déchire, ce sont les traits précieux du visage de la France que l’on fait disparaître, c’est de l’Histoire, de la Nature que l’on supprime.

Les chemins sont des éléments structurants qui reflètent l’identité de nos paysages car :

  • Ils irriguent et drainent l’espace,
  • Ils orientent et canalisent les circulations rurales,
  • Ils délimitent et matérialisent des lieux.
  • Ils assurent la circulation douce vers les hameaux, parcelles, bois…
  • Ils sont souvent des circuits de randonnée balisés
  • Ils permettent les déplacements de tous les usagers (chasseurs, agriculteurs, cavaliers, randonneurs, promeneurs..)
  • Ils permettent des liaisons entre les bois enclavés (trame verte)
  • Leur conservation permet de maintenir les haies qui les bordent
  • Ils sont source de biodiversité (faune, flore, lieux de nidifications) et assurent des corridors biologiques
  • Par les haies, ils retiennent les eaux de ruissellement donc réduisent l’érosion des sols.
  • • • •

Lire la suite : http://www.vie-et-paysages.org/environnement/52-chemins-ruraux/126-les-chemins-ruraux-un-patrimoine-a-surveiller-et-a-proteger

démenti

Un rectificatif s’impose à notre collectif pour la défense de nos chemins ruraux.

Lors de la dernière réunion du Conseil Communautaire du 05/12/2016, devant les élus, le président de la Communauté de Communes de Val’Eyrieux a fait une mise au point concernant la demande d’aliénation de chemins ruraux sur la commune du Cheylard dont il est le maire. Il a affirmé plusieurs contre-vérités :

– Cette question ne concerne que la commune du Cheylard et non la Communauté de Communes ni le tourisme. il passe sous silence l’importance de ces chemins qui font partie intégrante d’un réseau de chemins de randonnée dont se servent régulièrement randonneurs et vététistes sans oublier la randonnée grand public« La Cheminote » qui relie depuis plusieurs années  Le Cheylard et St Martin de Valamas. Ce n’est donc pas une décision ne concernant que la commune du Cheylard. Ceci concerne évidemment par conséquence le tourisme.
Il fait preuve d’une totale mauvaise foi vu que c’est lui qui a évoqué la Communauté de Communes et le tourisme auprès d’un journaliste que nous n’avons jamais rencontré.

– N’étant pas un témoin direct de la rencontre qui a eu lieu lors de la remise des pétitions entre une trentaine de personnes et le Commissaire enquêteur, il a évoqué une « agression » qui n’a pas eu lieu. Le Commissaire demandant à la personne qui l’interpellait de ne pas s’énerver, ce dernier lui a répondu textuellement :
« Je ne m’énerve pas, je parle fort car j’ai l’impression que vous ne me comprenez pas».
A aucun moment, il ne lui a été manqué de respect, le policier municipal qui se tenait au seuil de la salle devrait pouvoir en attester. Sinon, nous supposons qu’il serait intervenu.

Nous n’avons jamais évoqué le trail du Gerbier car nous savons bien que les communes sur lesquelles il se tient vont quitter l’intercommunalité.

– Le Collectif a seulement fait part de la remise en cause de la participation des bénévoles aux manifestations organisées sur la communauté de communes comme le Printemps de la randonnée, le raid VTT ou le marathon de l’Ardèche.

Après avoir affirmé toutes ces contre-vérités, il a refusé de façon autoritaire tout débat et questions.

Ce courrier a donc pour but de rétablir les vérités et de dénoncer les moyens utilisés pour imposer à la population un projet qu’elle refuse.

Le collectif reste persuadé que nos chemins ruraux peuvent cohabiter avec le projet privé touristique et agricole.

Nous nous opposons à l’aliénation de nos chemins ruraux reconnus et non pas à la réalisation du projet privé touristique et agricole.

Le collectif pour la défense des chemins publics

« Nos chemins ne sont pas à vendre ».

dans la presse web

De nombreux sites web locaux relayent régulièrement nos informations :

Mézenc infos

télécharger : http://mezenc-actualites.hautetfort.com/archive/2016/11/28/alienation-de-chemins-le-cheylard-ardeche-5880307.html

 

télécharger : https://assobc.com/tag/nos-chemins-ne-sont-pas-a-vendre/

 

Rassemblement autour du Doux de Lamastre

télécharger :

https://www.lamastreassociationrad.fr/event/nos-chemins-ne-sont-pas-a-vendre/

https://www.lamastreassociationrad.fr/nos-chemins-ne-sont-pas-a-vendre-suite/

Pardon petit

Voici une lettre très émouvante que le collectif vient de recevoir.

« Dis papi pourquoi on vient toujours se promener dans ce parc, je commence à le connaître ? Regarde autour de nous ces grandes montagnes et ces belles forêts, j’aimerais bien y aller ! »

« -Oh mon petit ce que tu me dis là me met dans l’embarras et me chagrine, mais je dois te donner des explications

Tu sais il y a longtemps quand j’étais jeune, toutes ces montagnes et forêts que tu parles, et bien tu prenais tes chaussures de marche ou tes baskets, et tu partais sur ces beaux chemins. Certains étaient même pavés, tu longeais de jolies murettes construites par nos ancêtres

Tu pouvais faire des kilomètres et des kilomètres, il te suffisait de protéger cette belle nature, et respecter les agriculteurs, en refermant les portes des parcs après ton passage ; Tu pouvais partir la journée, amener ton pique-nique, c’était merveilleux

Et puis dans nos régions comme de partout dans le monde, il y avait des personnes à pouvoir, qui achetaient les grandes propriétés ; et ils n’hésitaient pas justement, à acheter ces chemins qui étaient publics pour ne voir passer personne, ni marcheurs, ni vététistes, pour leur tranquillité comme ils disaient.

Le problème, c’était des gens très fortunés avec de grand pouvoir dans la région, enfin des gens qui croyaient avoir tous les droits, tout leur était permis. Alors par pression ou par peur pour la commune, les maires et conseillers se pliaient à leurs exigences vendant ces chemins communaux

Et c’est pour ça qu’on est dans ce parc aujourd’hui, et aussi demain. »

« Pourtant papi 2 ou 3 fois par an, on va dans ces chemins, je me rappelle bien, j’adore ça !
C’est vrai que ces chemins sont jolis. En automne c’est bien de marcher dans ces tas de feuilles ; ça fait du bruit et puis quelle bonne odeur de terre. Oh tu te rappelles l’an passé on a même vu un chevreuil ! Au printemps aussi j’aime bien toutes les fleurs sauvages, le grand air le calme, on est bercé par le chant des oiseaux.

Mais qu’est-ce que tu as papi tes yeux sont tout rouge ? »

« Rien, rien je suis juste un peu triste, je me sens un peu coupable, c’est un peu à cause de moi si tu ne peux pas profiter de cette belle nature. Ces 2 ou 3 jours par an dont tu me parlais, les chemins étaient ouverts au public ; c’était en accord avec le propriétaire, mais ça n’a pas duré. Je regrette de ne pas assez avoir défendu notre cause, de m’être plus battu pour toi, pour conserver notre patrimoine.

Tu sais maintenant le pire, c’est que ces  gens qui nous ont pris nos chemins, et bien ils ne sont plus là. Ils ont vendu leur propriété pour des raisons diverses (peut-être pour acheter une propriété encore plus grande)

La plupart des chemins ont disparu envahis par les ronces. Quand ils nous appartenaient, on  passait du temps pour les nettoyer, et seulement le fait d’y passer suffisait à les entretenir.
Mais bon le mal est fait, on ne peut plus revenir en arrière.

Tu sais petit si un jour tu dois voter un projet ou choisir un camp, ne pense pas au présent, ne sois pas égoïste, pense à l’avenir,  à tes enfants , à tes petits enfants pour leur laisser que des belles choses. »

« Mais papi, viens que je te fasse un bisou, je te vois si triste et tu as fait ce que tu pouvais. »

« Oh merci petit. Écoute je prends ton bisou avec plaisir mais je ne le mérite pas. »

Ton papi

en Bretagne

Les pieds sur terre
Une émission radiophonique de 28 min. diffusée sur France Culture le 14/12/2016
.
De simples citoyens, conseillers municipaux, chômeurs, ouvriers, se battent pour changer le monde et y parviennent. Ils mènent des combats victorieux pour le bien commun.
La deuxième partie de cette émission est consacrée à Fouesnant, dans le Sud-Finistère, Vincent Esnault est parvenu à ré-ouvrir un sentier côtier, qui avait été privatisé par de riches propriétaires.
 .
 .

la position des responsables du tourisme de Val’Eyrieux

N’ayant pas reçu de réactions de la part des responsables du tourisme de la communauté de commune Val’Eyrieux, nous avons décidé d’interpeller Mme Faure vice-présidente chargée du tourisme ainsi que Mr Badet et Mr Boisson les deux co-présidents de l’office de tourisme par lettre recommandée.

Réponse de Catherine Faure :

 

sur RDB

RDB a réalisé une émission d’une heure sur la création du collectif, elle sera diffusée le mercredi 30 novembre à 19 h, puis rediffusée la semaine suivante.

écouter l’émission :

R.D.B. (radio des Boutières) diffuse ses émissions sur le nord et le centre Ardèche (région des Boutières, plateaux du Mézenc et Vivarais-Lignon, vallées du Doux et de l’Eyrieux…), une partie de la Haute-Loire et de la Drôme. La zone d’écoute totalise un potentiel de 100 000 auditeurs avec chaque jour 7 000 auditeurs dont 2 nouveaux auditeurs par jour.

manifeste

Nous nous opposons à l’aliénation des chemins publics du secteur de la Gardette et la Blache qui actuellement et depuis de nombreuses années servent à un très large public composé d’habitants, riverains, et de promeneurs, randonneurs, vététistes, traileurs, etc…
Ces chemins aux portes de la ville, offrent des panoramas exceptionnels, dans un écosystème riche et varié.

Nous nous opposons à ce que ces chemins ruraux reconnus soient privatisés au seul profit d’une personne.

Nous défendons l’utilité publique qu’ils représentent comme leur intérêt majeur pour le développement du tourisme local et le patrimoine.

Ces chemins nous ont été transmis par les anciens qui les ont tracés, construits et entretenus, nous comptons bien les léguer intacts aux générations futures.

assemblée constitutive du collectif

Compte rendu de l’assemblée constitutive du collectif pour la défense des chemins publics vendredi 25 novembre 17 h.

Nous étions 50 personnes présentes.
Après présentation du projet de la municipalité du Cheylard d’aliéner les chemins ruraux du secteur de la Gardette et la Blache, il a été débattu des conditions dans lesquelles est lancée cette consultation, des risques et conséquences pour les usagers, habitants, riverains et sportifs.

Il a été décidé à l’unanimité de refuser catégoriquement ce projet et de se constituer en collectif pour lutter contre.

Les actions décidées sont :
– Participation samedi 26 novembre à une marche sur les dits chemins, rendez-vous à 14 h place de la Gare.
– Lancement d’une pétition qui sera remise au commissaire enquêteur. Télécharger :
pétition
Les membres du collectif se sont engagés à la faire signer au maximum de personnes, elles devront être remise au plus tard en mains propres à un membre du collectif mercredi 30 au matin sur le marché du Cheylard.
– Présence et collecte des signatures de la pétition sur la place du marché au Cheylard mercredi 30 de 8 h à 12 h
Plusieurs membres du collectif se sont engagés à être présents.
– mercredi 30 remise des pétitions au commissaire enquêteur
– diffusion et affichage du visuel « nos chemins ne sont pas à vendre » sur les véhicules, emplacements publics, … pour donner le maximum de visibilité à notre
action.

– Nous allons demander aux élus de l’office de tourisme de se positionner clairement sur ce projet municipal
– les membres d’associations sportives se sont engagés à remettre en cause leur participation aux manifestations organisées sur la commune : randonnées, trails etc
– Nous nous sommes tous engagés à interpeller tous les organismes qui pourraient nous apporter leur soutien : PNR, fédérations, etc,
– à l’issue de la procédure et selon la décision du conseil municipal, nous analyserons les recours envisageables au tribunal administratif.

réponse à l’enquête publique

REPONSE ENQUETE PUBLIQUE

ALIENATION DE CINQ CHEMINS RURAUX LD LA GARDETTE ET LA BLACHE

Plusieurs raisons me poussent à dire NON à l’aliénation des chemins ruraux de LA GARDETTE et de LA BLACHE

1- Ces chemins ruraux sont fréquentés régulièrement par les promeneurs, randonneurs, vététistes et chasseurs qui prouvent leurs utilités publiques.

2- Ces chemins remarquables sont répertoriés sur tous les cadastres

3- Ces chemins continus relient tous les villages de ce versant (Malleval – St Jean Roure – St Cierge s/Cheylard, la Dolce Via). Ils sont des chemins de mémoire pour les habitants sur plusieurs générations et représentent pour les amateurs de la nature un espace naturel et authentique sans égal sur notre commune.

Suite à la mobilisation de la population ces chemins ruraux se trouvent bien affectés à l’usage du public comme voie de passage et de ce fait ne peuvent pas être aliénés, ils répondent parfaitement aux articles L161-1, L161-2, L161-3 et L161-5 du code rural et condamne l’article L 161-10.

4- La décision d’aliéner ces chemins fermera l’accès à tout public du seul site entièrement naturel et parfaitement exposé au départ du CHEYLARD, et sera en parfaite incohérence avec le développement du tourisme communautaire.

5- Plus insidieusement cela ouvrira la brèche à tout propriétaire demandant lui aussi l’aliénation de chemin sur son propre terrain.

6- Incompréhension et colère de la population sur cette injustice qui bafoue les valeurs de notre république LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE.

CONCLUSION PERSONNELLE

Le seul chemin à aliéner serait celui du chemin rural de la Blache qui passe au milieu des habitations et qui pourrait perturber la quiétude des lieux et qui ne joue pas un rôle primordial de passage.

Les chemins ruraux N° 1 et 5 ne sont pas des chemins ruraux ordinaires mais une voie de passage pour rejoindre avec une pente modérée le hameau de Malleval. Reconnu en 1826 comme seul lien pour les hameaux de Malleval, Darne-Bessac et Rochebonne, ce chemin est régulièrement fréquenté et il fait partie de notre patrimoine.

De part l’aliénation possible du CR de la Blache, le chemin N° 3 reprend toute son importance pour un petit circuit de promenade (Boucle CR N° 1 – N° 5 et retour par N° 3).

Le chemin rural N° 2 est une valeur sûre pour aménager un itinéraire magnifique pour tous les sportifs et promeneurs en reliant la DOLCE VIA.

Par respect pour le travail accompli de nos anciens et pour les générations futures, ces chemins, plus que centenaires, qui ont vu naître la route de St Martin de Valamas et la voie de chemin de fer, déjà remplacée par la voie douce, se doivent de rester dans le patrimoine communal du Cheylard pour le bonheur de tous.

Fait à Le Cheylard le 23/11/2016 lettre donnée au commissaire enquêteur à la réunion du vendredi 25/11/2016

soutien des vététistes

La Mountain Bikers Foundation, association nationale qui a pour but de promouvoir la pratique d’un VTT durable et responsable a publié un article de soutien sur son site mbf-france.

lire : http://mbf-france.fr/articlesentinelle/3126/

Le président de MBF a également adressé un courrier au commissaire enquêteur.

Centre de ressource national pour le développement durable et responsable du VTT, MBF conduit des actions auprès des vététistes pour les sensibiliser dans leur pratique et leurs actions locales, ainsi qu’auprès des institutions pour les aider dans leurs réflexions et éviter des interdictions de pratique par manque de connaissance.

Compte rendu de la réunion en mairie du 16/11/2016

Cette réunion s’est déroulée en présence de quelques randonneurs, un représentant de la SCI MACHAVAL, les salariés de la mairie et un élu.

Les représentants de la mairie ont présenté le sujet et assuré que tous les propriétaires riverains ont été avertis sur la demande d’aliénation. Ils ont décrit ensuite les chemins 1 à 1 en indiquant qu’il y a une interruption du chemin N° 1 par une voie privée au niveau de la Gardette.

En questionnant sur les projets de la SCI, son représentant a répondu que le gérant de la SCI, un industriel du pays, né au pays, a acheté cette propriété de 66 ha.

Elle comprend des chemins privés, notamment celui qui descend jusqu’à la Dolce Via fréquemment empruntés par des promeneurs, une châtaigneraie où beaucoup de personnes ont pris l’habitude, depuis une quinzaine d’années, qu’il n’y ait plus de propriétaire pour prendre leurs aises. Maintenant le nouveau propriétaire voudrait être chez lui.

Le projet touristique consisterait à un parc pour vélos électriques avec un tracé déjà commencé et un bâtiment pour recevoir ses clients.

Pour le projet agricole, ce serait quelques cochons dans la châtaigneraie et des légumes pour faire des repas bio aux clients.

Pour compenser l’interdiction de circuler sur ces chemins, il a été proposé de ré-ouvrir le chemin rural de l’Hoste pour rejoindre la route de Malleval, et une autorisation temporaire, par convention, pour des manifestations ponctuelles bien ciblées.

Les randonneurs ont rejeté ces deux propositions car elle n’offrent pas les conditions raisonnables pour tout sport de pleine nature notamment le VTT.

l’enquête publique

L’enquête publique du 14 au 30 novembre 2016.

Ci-dessous les documents de l’enquête publique qui contiennent de fausses informations qui tentent de justifier l’aliénation des chemins publics au profit d’un investisseur privé, la société Machaval 2 (Philippe PERRIER, gérant).

http://french-leader.com/report.php?siret=75249296700019

Télécharger la notice explicative de l’enquête et le plan des chemins concernés :

Notice enquête

Plan chemins web