des nouvelles et une affaire à suivre…

Pour la première fois nous avons fait une rencontre informelle sur le terrain avec un urbaniste mandaté par M. Perrier sur les chemins de La Gardette et de la Blache.

En parcourant le chemin rural dans le sens Malleval au Cheylard nous avons fait constater les nombreux problèmes et obstacles que nous rencontrons.

Une information importante pour nos chemins :

Dans le projet d’aménagement de la propriété, au titre de l’intérêt général, une dotation Perrier via Développons les Boutières pourrait être consacrée à restaurer et aménager les chemins qui sont et resteront ruraux (ouverts à tous). Peut-on espérer une fin plus heureuse pour nos chemins ?

Depuis 2016 nous nous sommes placés comme des défenseurs et observateurs du bien commun, nous sommes fiers d’avoir pu sauver pour nous tous et surtout les générations futures nos si beaux chemins ruraux de liaison.

Si dès le départ de l’affaire la mairie avait appliqué l’article L.161-5 : « L’autorité municipale est chargée de la police et de la conservation des chemins ruraux »  nous n’aurions pas eu à subir toutes ces pressions (3 interventions policières et 1 intervention municipale). La passivité et l’absence de dialogue de l’autorité municipale ont une grande part de responsabilité dans ce dossier.

L’absurdité des voies de substitution qui ont été proposées (La Dolce Via et les lacets de la route de St Jean Roure) révèle également une grave méconnaissance du terrain.

Sans nos actions un territoire bien exposé de plus de 200 hectares serait aujourd’hui inaccessible au départ du Cheylard

Lors de la visite nous avons demandé que le propriétaire dépose les 2 panneaux  (interdiction d’entrée et propriété privée) situés au départ du chemin rural de Malleval au Cheylard qui perturbent les promeneurs. (Affaire à suivre)

4 réflexions au sujet de « des nouvelles et une affaire à suivre… »

  1. Comme quoi, peut-être en dialoguant au lieu de prendre des mesures autoritaires en pensant que l’argent donne tous les pouvoirs (même de s’approprier le bien commun) on évite les conflits inutiles.

  2. Je viens de prendre connaissance de l’info!…
    Pour ma part je suis perplexe:
    Rencontre informelle?…dotation?…c’est flou …mais restons optimiste ce serait bien si la situation s’améliorait si la raison et l’intérêt général l’emportaient.

  3. En réponse au 2ème commentaire et après renseignements pris, il est évident qu’une explication est nécessaire sur les termes.
    Une rencontre informelle est un entretien avec des personnes qui n’a pas de caractère officiel. L’opportunité de cette visite, sur la demande d’un urbaniste mandaté par Mr Perrier, a permis d’évaluer les problématiques des chemins ruraux car depuis la délibération du 21 février 2017 attestant que les chemins restent ruraux, la mairie s’obstine à refuser les demandes des bénévoles pour le débroussaillage et la signalétique des chemins .
    Une dotation via le fonds de dotation « Développons nos Boutières »
    Ce fonds se propose de « porter les actions d’intérêt général initiées ou soutenues par la société Perrier en vue d’en redistribuer les revenus à des organismes ou actions d’intérêt général ». Les chemins ruraux, d’intérêt général, pourraient bénéficier de ce fonds. Difficile de comprendre le cheminement mais la finalité est perceptible sur le dossier du PLU.
    Merci de tout cœur à tous les bénévoles qui ont œuvré pour sauver ces chemins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.