démenti

Un rectificatif s’impose à notre collectif pour la défense de nos chemins ruraux.

Lors de la dernière réunion du Conseil Communautaire du 05/12/2016, devant les élus, le président de la Communauté de Communes de Val’Eyrieux a fait une mise au point concernant la demande d’aliénation de chemins ruraux sur la commune du Cheylard dont il est le maire. Il a affirmé plusieurs contre-vérités :

– Cette question ne concerne que la commune du Cheylard et non la Communauté de Communes ni le tourisme. il passe sous silence l’importance de ces chemins qui font partie intégrante d’un réseau de chemins de randonnée dont se servent régulièrement randonneurs et vététistes sans oublier la randonnée grand public« La Cheminote » qui relie depuis plusieurs années  Le Cheylard et St Martin de Valamas. Ce n’est donc pas une décision ne concernant que la commune du Cheylard. Ceci concerne évidemment par conséquence le tourisme.
Il fait preuve d’une totale mauvaise foi vu que c’est lui qui a évoqué la Communauté de Communes et le tourisme auprès d’un journaliste que nous n’avons jamais rencontré.

– N’étant pas un témoin direct de la rencontre qui a eu lieu lors de la remise des pétitions entre une trentaine de personnes et le Commissaire enquêteur, il a évoqué une « agression » qui n’a pas eu lieu. Le Commissaire demandant à la personne qui l’interpellait de ne pas s’énerver, ce dernier lui a répondu textuellement :
« Je ne m’énerve pas, je parle fort car j’ai l’impression que vous ne me comprenez pas».
A aucun moment, il ne lui a été manqué de respect, le policier municipal qui se tenait au seuil de la salle devrait pouvoir en attester. Sinon, nous supposons qu’il serait intervenu.

Nous n’avons jamais évoqué le trail du Gerbier car nous savons bien que les communes sur lesquelles il se tient vont quitter l’intercommunalité.

– Le Collectif a seulement fait part de la remise en cause de la participation des bénévoles aux manifestations organisées sur la communauté de communes comme le Printemps de la randonnée, le raid VTT ou le marathon de l’Ardèche.

Après avoir affirmé toutes ces contre-vérités, il a refusé de façon autoritaire tout débat et questions.

Ce courrier a donc pour but de rétablir les vérités et de dénoncer les moyens utilisés pour imposer à la population un projet qu’elle refuse.

Le collectif reste persuadé que nos chemins ruraux peuvent cohabiter avec le projet privé touristique et agricole.

Nous nous opposons à l’aliénation de nos chemins ruraux reconnus et non pas à la réalisation du projet privé touristique et agricole.

Le collectif pour la défense des chemins publics

« Nos chemins ne sont pas à vendre ».

la position des responsables du tourisme de Val’Eyrieux

N’ayant pas reçu de réactions de la part des responsables du tourisme de la communauté de commune Val’Eyrieux, nous avons décidé d’interpeller Mme Faure vice-présidente chargée du tourisme ainsi que Mr Badet et Mr Boisson les deux co-présidents de l’office de tourisme par lettre recommandée.

Réponse de Catherine Faure :

 

manifeste

Nous nous opposons à l’aliénation des chemins publics du secteur de la Gardette et la Blache qui actuellement et depuis de nombreuses années servent à un très large public composé d’habitants, riverains, et de promeneurs, randonneurs, vététistes, traileurs, etc…
Ces chemins aux portes de la ville, offrent des panoramas exceptionnels, dans un écosystème riche et varié.

Nous nous opposons à ce que ces chemins ruraux reconnus soient privatisés au seul profit d’une personne.

Nous défendons l’utilité publique qu’ils représentent comme leur intérêt majeur pour le développement du tourisme local et le patrimoine.

Ces chemins nous ont été transmis par les anciens qui les ont tracés, construits et entretenus, nous comptons bien les léguer intacts aux générations futures.

assemblée constitutive du collectif

Compte rendu de l’assemblée constitutive du collectif pour la défense des chemins publics vendredi 25 novembre 17 h.

Nous étions 50 personnes présentes.
Après présentation du projet de la municipalité du Cheylard d’aliéner les chemins ruraux du secteur de la Gardette et la Blache, il a été débattu des conditions dans lesquelles est lancée cette consultation, des risques et conséquences pour les usagers, habitants, riverains et sportifs.

Il a été décidé à l’unanimité de refuser catégoriquement ce projet et de se constituer en collectif pour lutter contre.

Les actions décidées sont :
– Participation samedi 26 novembre à une marche sur les dits chemins, rendez-vous à 14 h place de la Gare.
– Lancement d’une pétition qui sera remise au commissaire enquêteur. Télécharger :
pétition
Les membres du collectif se sont engagés à la faire signer au maximum de personnes, elles devront être remise au plus tard en mains propres à un membre du collectif mercredi 30 au matin sur le marché du Cheylard.
– Présence et collecte des signatures de la pétition sur la place du marché au Cheylard mercredi 30 de 8 h à 12 h
Plusieurs membres du collectif se sont engagés à être présents.
– mercredi 30 remise des pétitions au commissaire enquêteur
– diffusion et affichage du visuel « nos chemins ne sont pas à vendre » sur les véhicules, emplacements publics, … pour donner le maximum de visibilité à notre
action.

– Nous allons demander aux élus de l’office de tourisme de se positionner clairement sur ce projet municipal
– les membres d’associations sportives se sont engagés à remettre en cause leur participation aux manifestations organisées sur la commune : randonnées, trails etc
– Nous nous sommes tous engagés à interpeller tous les organismes qui pourraient nous apporter leur soutien : PNR, fédérations, etc,
– à l’issue de la procédure et selon la décision du conseil municipal, nous analyserons les recours envisageables au tribunal administratif.

Compte rendu de la réunion en mairie du 16/11/2016

Cette réunion s’est déroulée en présence de quelques randonneurs, un représentant de la SCI MACHAVAL, les salariés de la mairie et un élu.

Les représentants de la mairie ont présenté le sujet et assuré que tous les propriétaires riverains ont été avertis sur la demande d’aliénation. Ils ont décrit ensuite les chemins 1 à 1 en indiquant qu’il y a une interruption du chemin N° 1 par une voie privée au niveau de la Gardette.

En questionnant sur les projets de la SCI, son représentant a répondu que le gérant de la SCI, un industriel du pays, né au pays, a acheté cette propriété de 66 ha.

Elle comprend des chemins privés, notamment celui qui descend jusqu’à la Dolce Via fréquemment empruntés par des promeneurs, une châtaigneraie où beaucoup de personnes ont pris l’habitude, depuis une quinzaine d’années, qu’il n’y ait plus de propriétaire pour prendre leurs aises. Maintenant le nouveau propriétaire voudrait être chez lui.

Le projet touristique consisterait à un parc pour vélos électriques avec un tracé déjà commencé et un bâtiment pour recevoir ses clients.

Pour le projet agricole, ce serait quelques cochons dans la châtaigneraie et des légumes pour faire des repas bio aux clients.

Pour compenser l’interdiction de circuler sur ces chemins, il a été proposé de ré-ouvrir le chemin rural de l’Hoste pour rejoindre la route de Malleval, et une autorisation temporaire, par convention, pour des manifestations ponctuelles bien ciblées.

Les randonneurs ont rejeté ces deux propositions car elle n’offrent pas les conditions raisonnables pour tout sport de pleine nature notamment le VTT.

l’enquête publique

L’enquête publique du 14 au 30 novembre 2016.

Ci-dessous les documents de l’enquête publique qui contiennent de fausses informations qui tentent de justifier l’aliénation des chemins publics au profit d’un investisseur privé, la société Machaval 2 (Philippe PERRIER, gérant).

http://french-leader.com/report.php?siret=75249296700019

Télécharger la notice explicative de l’enquête et le plan des chemins concernés :

Notice enquête

Plan chemins web