Le nouveau topoguide Le Cheylard-Riotord

Voici la nouvelle version du topoguide. Il emprunte désormais le chemin rural cadastré que nous avons débroussaillé et vous prévient des signalétiques trompeuses dont il ne faut pas tenir compte.

Une balade magnifique exposée plein sud. Elle commence par un chemin calladé et se poursuit dans une grande variété de paysages : châtaigneraies, pinèdes, pâturages, des sites somptueux : rochers, cascades, ruines du château de Rochebonne et de belles perspectives sur la vallée de l’Eyrieux.

télécharger le topoguide :

topoguide le Cheylard-Riotord fiche

topoguide le Cheylard-Riotord carte

Cette randonnée est également à suivre sur le site collaboratif national de randonnées : visorando.com.

Réaction de Montain bikers fondation

 » C’est un peu surpris que l’on a découvert cette photo où des gendarmes interrompent une action d’entretien de sentier. Il s’agit d’un sentier concerné par un dossier « sentinelle »  » MBF…

Les forces de l’ordre dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin rural

consulter l’article complet : article MBF

le nouveau topoguide : le Cheylard-Rochebonne-St Martin

Voici la nouvelle version du topoguide. Il emprunte désormais le chemin rural cadastré que nous avons débroussaillé et vous prévient des signalétiques trompeuses dont il ne faut pas tenir compte.

Une balade magnifique exposée plein sud. Elle commence par un chemin calladé et se poursuit dans une grande variété de paysages : châtaigneraies, pinèdes, pâturages, des sites somptueux : rochers, cascades, ruines du château de Rochebonne et de belles perspectives sur la vallée de l’Eyrieux.

télécharger le topoguide :

topoguide le Cheylard-Rochebonne-St Martin – Fiche 

topoguide le Cheylard-Rochebonne-St Martin -carte 1

topoguide le Cheylard-Rochebonne-St Martin -carte 2

Cette randonnée est également à suivre sur le site collaboratif national de randonnées : visorando.com.

Pour la liberté d’emprunter les chemins publics !

Pour répondre à l’intervention des forces de l’ordre et l’installation d’une signalétique trompeuse sur le chemin rural ainsi qu’aux deux courriers que nous avons reçu du maire, voici le courrier que nous avons adressé à la municipalité du Cheylard.

Monsieur le maire du Cheylard, Mesdames et Messieurs du Conseil Municipal,

Nous répondons à votre premier courrier LR 1A.140.145.4456.6 daté du 19 mai, expédié le 22 mai et réceptionné le 23 mai sur notre demande d’autorisation pour une journée citoyenne fixée au 29 avril pour la remise en état de notre chemin rural ; ainsi qu’à votre deuxième courrier LR 1A.140.145.4461.0 daté du 23 mai, expédié le 26 mai et réceptionné le 27 mai concernant le débroussaillage réalisé le 20 mai, sans réponse  de votre part à notre courrier du 20 mars.

Nous pensions rendre service à la collectivité en entretenant gracieusement ce chemin public. Cette action ne constitue en aucun cas une infraction. Elle est cohérente avec les conclusions et les recommandations du rapport d’enquête publique ainsi qu’ à la délibération du conseil municipal du 21 février de ne pas aliéner les 5  chemins.

Il s’agit là d’un simple entretien qui ne constitue en aucun cas un aménagement.

La mairie n’a pas obligation d’entretenir les chemins ruraux c’est entendu ; cependant il y a un certain nombre de chemins ruraux que la mairie entretient même si elle n’en a pas l’obligation ainsi que des chemins privés comme celui desservant les propriétés de Lagardette et de la Blache.

Les chemins ruraux sont privés il n’y a pas d’obligation d’entretien pour la commune, ils appartiennent à la collectivité qui doit faire ce qu’elle peut, nous sommes la collectivité.

Par ailleurs, l’interdiction d’entretien que vous notifiez ne semble pas avoir fait l’objet d’un arrêté municipal qui doit être motivé conformément à la loi du 11 juillet 1979. En conséquence de quoi vous voudrez bien considérer que nous ne pouvons pas obtempérer à votre demande alors que nous entretenons gratuitement ce chemin dans l’intérêt général, et selon une pratique extrêmement répandue dans toute la France depuis des temps immémoriaux.

Contrairement à ce qui a été dit au conseil municipal, c’est la piste privée qui emprunte le tracé du chemin rural. Ce tracé a été dévié pour permettre l’accès en véhicule à la propriété de Mr Marion. Deux boucles ont été créées sur la propriété Agier en endommageant le chemin initial sans autorisation de la mairie, ni acte notarié. Utilisateurs comme propriétaires se sont toujours accommodés de ce nouveau tracé d’où l’embroussaillement naturel de la partie des 400 m contournée.

Le nouveau propriétaire SCI Machaval s’opposant désormais au passage sur sa propriété privée, il était indispensable que les usagers recouvrent le chemin public initial légitime.

Cette situation est très fréquente, elle a permis le désenclavement des habitations, les propriétaires,  généralement avec bon sens, n’en abusent pas rétrospectivement et les mairies ne s’en rendent certainement  pas complices.

Nous vous rappelons également l’article D161-11 (Décret n°2005-368 du 19 avril 2005 – art. 5) « Lorsqu’un obstacle s’oppose à la circulation sur un chemin rural, le maire y remédie d’urgence ».

Notre association, NOS CHEMINS NE SONT PAS A VENDRE, dont vous avez sans doute entendu parler dans la presse, et dont vous n’avez pas souhaité rencontrer les représentants comme nous vous le proposions  dans notre précédent courrier est enregistrée depuis le 10 février 2017 à la sous-préfecture de Tournon sous le numéro W073003293.

L’association collégiale composée de 9 membres actifs (et de nombreux adhérents) a précisément pour buts de diffuser, mener des actions ,créer des évènements et prendre toutes les dispositions légales et juridiques y  compris ester en justice pour défendre les droits et faire respecter la libre circulation sur nos chemins.

Les membres de l’association : Des citoyens responsables et bénévoles, des riverains, des randonneurs , des vététistes, des joggeurs et des amoureux de la nature qui souhaitent trouver une issue satisfaisante pour tous au conflit.

Nous vous joignons également une copie du courrier adressé à Monsieur le Procureur de la République demandant des explications sur le rôle de la gendarmerie à empêcher les citoyens d’évoluer sur les chemins ruraux d’une part et d’autre part sur l’installation d’une signalétique d’obstruction au passage des personnes sur des chemins publics qui désoriente les promeneurs.

Représentant officiel de notre bien public et par votre autorité municipale nous comptons sur votre compréhension et vous demandons de favoriser le plus tôt possible un terrain d’entente en faisant déposer la  signalétique privée sur une voie publique et en faisant lever les obstacles au niveau de la propriété Marion.

Nous réaffirmons que nous n’agissons pas contre la SCI MACHAVAL, M. MARION ou la Mairie du Cheylard. Nous souhaitons simplement faire valoir nos droits dans l’esprit du rapport du Commissaire enquêteur et du refus d’aliénation que vous avez prononcé.

Veuillez accepter Monsieur le Maire , Mesdames et Messieurs du Conseil Municipal nos respectueuses salutations

Télécharger ce courrier : courrier au maire et au conseil municipal

Ubuesque !

Et renversant !

Suite à notre chantier bénévole de débroussaillage, le maire du Cheylard, par un nouveau courrier, nous annonce qu’il avait délégué par anticipation un huissier afin de constater que le chemin était embroussaillé pour aujourd’hui démontrer par un nouveau constat qu’il a été débroussaillé, pourquoi ?

Par ce second courrier le maire du Cheylard confirme son intention de s’opposer à un usage pacifique de l’espace public et de bloquer la liaison pédestre entre le Cheylard et Malleval plus que centenaire.

Il nous aura fallu moins de deux heures pour rendre ce chemin accessible et surtout parfaitement praticable, c’est bien la fonction et la vertu d’un chemin.

Les gendarmes et le policier municipal ont d’ailleurs constaté que le chemin est praticable car ils l’ont emprunté avec nous sur toute sa longueur le samedi 20 mai.

Ce chantier bénévole n’aura rien coûté à la collectivité si ce n’est la facture de l’huissier !

Voici copie du courrier que nous venons de recevoir.

télécharger courrier 2 du Maire

Pour suivre les péripéties de notre aventure abonnez-vous dans la colonne de gauche.
Pour nous soutenir, adhérez à notre association : j’adhère

2 mois pour envoyer un courrier, 2 heures pour envoyer la police

Nous avons reçu le mardi 23 mai un courrier du Maire du Cheylard en réponse à notre courrier de demande d’autorisation pour une journée citoyenne prévue le 29 avril et reçue par la mairie le 22 mars.

Ce courrier est arrivé 3 jours après que nous ayons débroussaillé le chemin le 20 mai entre 9h et 11 h et reçu la visite des forces de l’ordre à 11h30.

Il aura donc fallu 2 mois pour que le maire du Cheylard réponde à notre courrier et 2 heures pour qu’il envoie la police.

Voici donc notre courrier et sa réponse.

 

télécharger : courrier au Maire
télécharger : réponse du Maire

Pour suivre les péripéties de notre aventure abonnez-vous dans la colonne de gauche.
Pour nous soutenir, adhérez à notre association : j’adhère

Les Forces de l’Ordre dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin rural de la Gardette par des citoyens bénévoles.

(Pour mémoire)

Après la demande d’aliénation de 5 chemins ruraux par la SCI Machaval, le conseil municipal a confirmé l’abandon de l’aliénation suite à un rapport défavorable du commissaire enquêteur et une très forte mobilisation citoyenne. Les 5 chemins ruraux restent donc publics. Notre association (nos chemins ne sont pas à vendre) s’est constituée pour les défendre et s’est engagée à restaurer bénévolement le passage et le fléchage des chemins de façon à orienter les usagers et protéger la tranquillité des riverains. Aujourd’hui le nouveau propriétaire s’oppose à l’emprunt par les particuliers de la piste construite pour le désenclavement de la maison de la Gardette à quelques mètres du chemin public et qui depuis des décennies s’est substituée au chemin originel, il était urgent et impératif de restaurer ce tronçon de chemin.

Samedi 20 mai à 9h00 nous étions 28 bénévoles, de tous horizons, de tous âges, dotés de tout le matériel nécessaire à la remise en état du chemin de la Gardette. L’expérience rodée de plusieurs d’entre nous a favorisé une belle efficacité. Il n’aura fallu qu’une matinée pour démontrer que le chemin rural officiellement cadastré est redevenu accessible en retrouvant son aspect d’antan avec émotion pour les uns et fierté pour les autres.

À 11h30 un policier municipal et deux gendarmes sont intervenus pour interrompre notre belle action citoyenne. Nous avons obtempéré avec calme et remis en main propre la lettre de demande de travaux adressée en LRAR à Monsieur le Maire du Cheylard datée du 20 mars 2017, restée sans réponse à ce jour, et qui par le décret N° 2014-1265 du 23 octobre 2014 s’applique au principe (SILENCE VAUT ACCEPTATION) ainsi qu’un plan de situation. Nous devrions être convoqués prochainement à la mairie. Nous avions retardé cette action initialement programmée le 29 avril suite à une consultation, émanant de la SCI Machaval pour une solution alternative qui n’était pas acceptable.

Nous avons terminé en partageant le verre de l’amitié ainsi qu’un casse-croûte collectif.

Il est choquant que la force publique soit utilisée pour empêcher les citoyens de jouir d’un espace public.

Depuis la création forcée de notre association pour défendre nos chemins, nous avons œuvré en toute légalité et en toute patience. Nous ne comprenons pas l’attitude muette de Monsieur le Maire sur ce sujet sensible. L’article L161-5 sur l’aménagement et équipement de l’espace rural est pourtant formel (l’autorité municipale est chargée de la police et de la conservation des chemins ruraux). De plus nous avons fait constater par la gendarmerie la signalétique fallacieuse aux deux extrémités du chemin rural tentant d’empêcher le passage aux usagers.

Nous, riverains, randonneurs, sportifs, touristes et simples amoureux de la nature devons retrouver nos droits d’usage des chemins ruraux ancestraux sans entrave, ni obstacle.

Pour faire respecter nos droits et par ailleurs favoriser une cohabitation pacifiée entre usagers légitimes et propriétaires riverains, l’action que nous avons mené ce samedi était la seule issue pour régler ce litige.

Nous terminerons cette lettre en exprimant qu’au-delà de ce grave problème, nous vivons une belle et sincère expérience humaine.

Nous remercions tous ceux qui nous soutiennent.

Le collectif Nos chemins ne sont pas à vendre

 

Victoire !

Le conseil municipal du Cheylard a abandonné le projet de privatiser les 5 chemins ruraux au profit d’un investisseur privé.

La totalité des chemins restera donc dans le domaine public.

Ces 6 mois de combat n’auront pas été vains et sont un encouragement à continuer de défendre collectivement le Bien Public.

Merci et amitiés à tous nos soutiens.

Le collectif  Nos chemins ne sont pas à vendre